De l’argent de poche ou des investissements pérennes ?

Macron tombe le masque !

jeudi 7 septembre 2017

Après avoir voulu faire croire, cet été, à un retour de « l’État stratège » avec la « nationalisation » de la société STX, le gouvernement confirme, par la voix du Premier ministre, une vague de désengagement de l’État avec la cession, par l’Agence de Participations de l’État (APE), de plus de 10 milliards d’euros d’actifs.

La vente de 4,1 % du capital d’ENGIE (ancien Gaz de France Suez) a été effectuée dès le 4 septembre ! D’autres entreprises pourraient être concernées, notamment : Air France KLM, Aéroports de Paris, Orange, Safran, Renault, etc.

Le gouvernement juge-t-il que les secteurs de l’énergie, des transports, des télécoms, de l’industrie ne seraient plus stratégiques ?

C’est là une nouvelle confirmation de l’absence dramatique de véritable stratégie de politique industrielle, alors même que le rôle de l’État dans ce domaine et ces différents secteurs est crucial.

Loin d’une rupture avec la gestion financiarisée des entreprises, le gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, confirme et accélère la cession d’actifs de l’État, à l’instar de la vente des autoroutes en 2006.

L’enjeu industriel est une question politique majeure, la CGT s’oppose au désengagement de l’État au sein des entreprises où il détient des participations !

Il s’agit de maintenir des milliers d’emplois, d’assurer un haut niveau d’investissement, de conserver un socle productif de haut niveau, de garder une maîtrise technologique, de préserver nos outils industriels et les savoir-faire. Stratégiquement, il s’agit d’échapper, comme le dénoncent différents experts, au risque de « vassalisation » du système productif français.

La politique gouvernementale de désindustrialisation de notre pays atteint un seuil inquiétant, la France recourant à l’importation pour satisfaire 60 % de ses besoins.

La gestion financière et spéculative à court terme des entreprises se fait au détriment de l’investissement dans les outils de production et les capacités humaines. La rémunération croissante et indécente des actionnaires (51 milliards d’euros au premier semestre 2017) qui l’a emporté sur une vision à long terme de réponse aux besoins du pays, risque fort de déboucher sur une nouvelle crise financière.

La CGT porte l’exigence de :
– maintenir et renforcer la place de l’État au sein de ces secteurs stratégiques ;
– recréer un socle industriel fort sur le territoire national ;
– porter une stratégie de politique industrielle sur le long terme ;
– investir dans les capacités humaines, la recherche, la créativité et l’innovation ;
– transformer l’industrie afin de permettre les transitions écologiques et énergétiques tout en utilisant les possibilités offertes par les technologies ;
– sécuriser les salariés dans des collectifs de travail ;
– recréer des écosystèmes ancrés dans les territoires qui permettent de développer au mieux et au plus près les activités industrielles ;
– donner des droits nouveaux aux salariés dans les conseils d’administration des entreprises afin qu’ils participent aux orientations stratégiques.

Si la politique du gouvernement est cohérente – désindustrialisation, cession des parts de l’État, casse du Code du travail, etc. – la riposte des salariés doit l’être aussi. C’est l’objectif du processus de mobilisations engagé le 12 septembre prochain partout en France !

Montreuil, le 7 septembre 2017

Publicités

LOI TRAVAIL XXL

LOI TRAVAIL XXL

Un véritable succès pour une mobilisation exigeante et appelant des suites !

mardi 12 septembre 2017

Avec cette journée d’action, les salariés ont réaffirmé leur exigence pour un droit du travail porteur de justice sociale et de progrès. Ils ont refusé des ordonnances ringardes inspirées par les exigences du Medef depuis des décennies ; exigences qui n’ont jamais éradiqué le chômage et la précarité.
Les 200 manifestations, avec près de 500 000 personnes, sont aussi le reflet de nombreux arrêts de travail dans les entreprises privées comme dans les établissements publics et, bien souvent, ces arrêts de travail ont été lancés à l’appel de plusieurs organisations syndicales.
Les salariés du secteur public étaient, eux aussi, très nombreux dans l’action à partir de leurs propres revendications qui convergent avec celles des salariés du secteur privé.
La jeunesse a également participé en masse à cette première mobilisation. Elle refuse la précarité à vie, les conditions d’étude actuelles et exprime son besoin d’autonomie et d’épanouissement au travail.
Les retraités refusent, entre autres, qu’on leur ponctionne leur maigre pouvoir d’achat à travers l’augmentation de la CSG.
Partout, c’est bien l’urgence de plus de justice sociale qui s’est exprimée et le refus de l’exploitation grâce au renforcement des droits et des garanties collectives. Cela passe aussi par l’amélioration significative des conditions de travail et de véritables augmentations de salaires.
La CGT va poursuivre son travail d’information et de mobilisation de tous les salariés, privés d’emploi et retraités sur les ordonnances « Macron ». Elle portera sa proposition d’un code du travail du 21ème siècle et d’un nouveau statut du travail salarié avec sa sécurité sociale professionnelle.
Elle va tout faire pour unir et élargir le rassemblement du monde du travail avec toutes les organisations syndicales et de jeunesse.
Notre ambition reste de construire des mobilisations encore plus fortes pour s’opposer à toutes les régressions sociales du gouvernement « Macron ».
Dès à présent, la CGT appelle à la mobilisation le 21 septembre prochain, veille du Conseil des ministres sur les ordonnances.

Montreuil, le 12 septembre 2017

LE 12 SEPTEMBRE agissons!

POURQUOI LES RETRAITÉS VONT-ILS MANIFESTER

LE 12 SEPTEMBRE?

 La CGT appelle les salariés, les jeunes et les retraités à agir le 12 septembre sous toutes les formes, de la grève à la manifestation, contre la nouvelle loi Travail, la hausse de la CSG et la baisse de l’aide au logement.

Elle propose, pour lutter contre l’appauvrissement des ménages, de répondre à leurs besoins en augmentant les salaires et les pensions, de faire appliquer l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes, de simplifier le contrat de travail en généralisant le CDI.

Fillon l’avait promis au Medef, Macron l’a fait…

On se souvient que pendant la campagne présidentielle François Fillon avait promis devant une assemblée de patrons de profiter des congés d’été pour faire passer les réformes et les lois favorables au patronat. C’est ce qu’a fait Macron, en utilisant une méthode détestable.

…en tentant d’opposer entre elles les victimes de sa politique

Le gouvernement tente de faire accepter sa poli- tique d’austérité en opposant les actifs aux retraités : il prétend financer l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés en réduisant celui des pensions par l’augmentation de la CSG. Le 12 septembre sera l’occasion pour les salariés et les retraités  de

manifester leur solidarité et de s’opposer à une politique libérale qui s’attaque au monde du travail et favorise les riches, qui verront leurs impôts réduit de 3 milliards.

Résultat : Macron plus impopulaire que Hollande et Sarkozy!

Il fallait le faire ! Il l’a fait : une chute à 36 % d’opinions favorables 3 mois après son élection ! Soit bien moins que Nicolas Sarkozy et François Hollande au même stade du quinquennat. Et cela avant même d’affronter la rentrée sociale…

Des conditions favorables pour une forte mobilisation populaire

Les retraité-e-s CGT ont lancé une consultation nationale contre la hausse de la CSG et pour la revalorisation des pensions. Ils préparent une journée d’action le 28 septembre en diffusant un million de tracts et en allant à la rencontre des retraité-e-s. Le 12 septembre ils se joindront aux salariés actifs qui manifesteront contre la nouvelle loi qui vise à détruire le code du travail, le fruit de leurs luttes et la garantie que les droits de leurs enfants et petits enfants seront respectés.

Dans tous les rassemblements et manifestations les retraité-e-s seront présents pour exiger une poli- tique favorable au progrès social !

POUR DÉFENDRE MES REVENDICATIONS

  • Mon pouvoir d’achat • Ma retraite • Ma santé • Mes besoins quotidiens

† Je rejoins les retraités CGT

Nom †……………………………………………… Prénom †…………………………………..

Adresse †…………………………………………………………………………………………..

Code Postal †……………………………………… Ville †………………………………………

Branche professionnelle d’origine †……………………………………………………………….

Mail †………………………………………………. Tél. †……………………………………….

Bulletin à retourner à l’USR CGT : 22 ter rue de la Bucaille BP 730 50107 CHERBOURG-EN-COTENTIN Cedex

Informatique et liberté : en application de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toutes les informations vous concernant.
Ces informations pourront être cédées à des organismes extérieurs, sauf si vous cochez la case ci contre :
q